Thursday, April 26, 2018
Cinéma

Essonne: quand une ancienne base aérienne devient un studio de tournage

Essonne : quand une ancienne base aérienne devient un studio de tournage

Un homme dénommé Eugène-François Vidocq qui accourt vers sa maison en feu, une femme prisonnière des flammes et plusieurs hommes qui se passent des seaux d’eau afin d’essayer d’éteindre le feu : cette scène n’a-t-elle pas un air de déjà-vu ? Il s’agit bien d’un des passages les plus importants du film de Jean-François Richet intitulé « L’Empereur de Paris ». Afin de réaliser son tournage, toute l’équipe s’est installée dans l’ex base aérienne 217 où les rues de Paris ont été reconstituées d’une manière très réaliste afin de donner vie au film. La durée de cette petite escapade au Plessis-Pâté, à 30 kilomètres de Paris, trois mois seulement, mais qui pourrait s’étaler en durée pour d’autres projets cinématographiques.

Un terrain libre et propice à tout aménagement

L’idée de la création d’un studio de tournage sur le BA217 est celle des élus de Coeur d’Essonne agglomération et du groupe TSF. Ce dernier est un professionnel dans la location de matériel et d’équipements pour le cinéma et le petit écran. Tous deux désirent mettre en avant l’immense possibilité d’aménagement que l’on peut réaliser sur cette ancienne base aérienne. En effet, l’étendu du terrain ainsi que l’inexistence d’infrastructures gênantes telles que des poteaux électriques ou des bâtiments permettront d’y installer absolument n’importe quels décors de film. La piste pourra être le théâtre de cascades diverses en étant agencée à l’image des lieux publics ou à une piste aérienne.

Essonne : quand une ancienne base aérienne devient un studio de tournage

Le président-directeur général de TSF, Thierry de Segonzac, insiste, en outre, sur le fait que ce studio de tournage sera le premier en France. Il renforcera la première place du pays dans la liste des plus grands producteurs d’images européens.

Quelques 20 ha exploités pour le projet

Pour rappel, les décors utilisés lors du tournage de « l’Empereur de Paris » se sont étalés sur quelques 5 000 m² seulement. Ils sont d’ailleurs restés sur place afin de pouvoir être réutilisés ou rénovés pour les scènes d’autres films. Mais en ce qui concerne le projet du « backlot » d’Essonne, les hautes personnalités de la région pensent à y dédier près de 20 ha. Cette superficie multipliera les possibilités de décors et d’imagination, ce qui favorisera l’attraction d’acteurs et professionnels du cinéma venant du monde entier.

Par ailleurs, les responsables du projet désirent également attirer l’attention de grandes sociétés de production telles que Netflix. Leur activité en Essonne aura des répercussions très bénéfiques pour l’économie de la région en créant des emplois pour la population locale, notamment en tant que figurants, dans la régie ou encore dans la construction.

Related Posts

No Comments

Leave a Reply